La valeur humaine d’Irakiens assassinés selon Le Devoir

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/procedure-de-destitution-de-donald-trump/etats-unis-l-article-a-lire-pour-tout-comprendre-au-deuxieme-proces-en-destitution-de-donald-trump_4280705.html

Grosse nouvelle publiée par Le Devoir

Un très gros article publié le 2 décembre 2020 par Le Devoir, sous le titre suivant, a piqué ma curiosité : «États-Unis. Trump accorde un pardon à Paul Manafort (ancien directeur de sa campagne présidentielle) et au père de son gendre (Charles Krushner, reconnu coupable d’évasion fiscale et de dons de campagne illégaux. Juste ça!) Ces grâces soulignent (entre autres de bien d’autres choses) la détermination du président américain à utiliser le pouvoir de son poste (pour le temps qu’il lui restait) pour venir en aide à ses associés (des criminels reconnus comme tels par la justice américaine)».

Dans l’article du Devoir, on parle beaucoup de Manafort et Kushner et de d’autres crapules graciées par la sécurité nationale, la fripouille Michael Flynn et la racaille George Papadopoulos, un de ses nombreux conseillers. Jusque-là, pas trop de problème.  

À la toute fin, quelques mots seulement sur les 17 Irakiens tués

Là où j’ai eu un sérieux problème avec la teneur de l’article du Devoir, c’est le fait qu’à la toute fin, on ait consacré que quelques mots sur ces autres graciés : le président a également gracié… d’anciens mercenaires (quatre pour être plus précis) pour les meurtres (absolument gratuits) de civils (17 exactement) en Irak (à Bagdad)».

Totalement indécent pour Le Devoir de traiter si brièvement du pardon accordé à quatre ex-mercenaires employés par la firme privée américaine Blackwater (embauchée à gros prix par George W. Bush junior) qui ont tué en 2007, juste pour le plaisir de la chose, 17 civiles irakiens. Des tueurs professionnels que certains appellent de façon vertueuse des «gardes de sécurité». Aie, le pardon accordé à ces quatre assassins, qui ont tué 17 civiles innocents, est en soit un autre geste criminel posé par Donald Trump. Après, faites-moi rire avec vos beaux discours sur l’État de droit prévalant supposément dans nos sociétés démocratiques. Des juges que l’on sait biaisés puisque nommés par des politiciens au pouvoir et non par la population.

Bah, après tout, ce ne sont que des Arabes

Il me semble que c’est tellement évident : Le Devoir aurait dû consacrer l’essentiel de son long reportage aux quatre criminels graciés par l’odieux Donald Trump. Eh, oh, même si vous êtes un farouche partisan du blondinet teinturé Donald Trump, avec son ridicule toupet crêpé, vous allez admettre avec moi que le geste posé par ce dernier est à la fois ignoble et monstrueux. Vous allez aussi être d’accord avec moi que le texte du Devoir fait abstraction intégrale de jugement sérieux que l’on se doit de questionner. Après tout, ces 4 criminels n’ont tué que 17 arables irakiens : s’ils avaient assassiné 17 américains ou européens, ça aurait été difficile comme couverture.

 Le Devoir préfère parler du pseudo-révolutionnaire russe Navalny

Bon, Le Devoir en a mangé une. Eux-mêmes vont l’admettre. Au Devoir, on est plus vigilant et plus enclin à joyeusement parler de long en large, depuis plusieurs mois, de Navalny, cet opposant russe (qui possède 3 ONG financées par des locaux et par des étrangers) que le gouvernement russe a supposément essayé d’empoisonner. Ce «révolutionnaire démocratique», selon la presse occidentale subjective, a été, dit-on, soigné en Allemagne et pète maintenant le feu. Tellement qu’il est revenu en Russie.

Trouver le héros pro-occidental à couvrir parmi 145 millions d’habitants

La Russie, c’est environ 145 millions d’habitants, et Le Devoir et autres médias locaux et internationaux n’ont de cesse de nous parler abondamment chaque semaine des pérégrinations de ce supposé révolutionnaire pro-démocratie, qui a supposément été empoisonné par des agents secrets russes. Poutine devrait les congédier pour avoir loupé une tâche «médicale» si facile à accomplir.

J’en ai plein mon…

J’en ai ras-le-bol de me voir cuisiner l’esprit depuis plus de 50 ans par nos médias privés locaux, souvent détenus par des milliardaires, et par les organismes d’information internationaux, comme l’Agence France-Presse, Associated Press, Bloomberg, Reuters, etc., propriété aussi de ploutocrates «démocratiques». Des médias corrompus qui sont autant portés sur la propagande que ceux émanant de pays socialistes comme la Russie et la Chine. Ça va faire de toujours me faire accroire, et depuis trop longtemps, que les méchants sont Russes et Chinois, et que les bons sont les Américains et les Européens, même s’ils sont impérialistes et exploiteurs, comme ils l’ont toujours été en Afrique, en Amérique latine, au Moyen-Orient, etc. Ce sont leurs chasses-gradée qu’ils veulent conserver hors de la mainmise chinoise ou russe et qui pour cela peuvent compter sur l’aide enthousiaste de leurs médias d’information qu’ils détiennent et de leurs aimables et dociles journalistes.

Être informé correctement pour être libre : il me semble que c’est un droit

Je ne suis pas le plus pro-russe, pro-américain ou pro-chinois. Je suis juste quelqu’un qui veut légitimement être informé correctement et objectivement par nos médias nationaux et par les organismes d’information internationaux et occidentaux afin d’être bien conscientisé aux grands enjeux mondiaux et ainsi être en mesure de porter un jugement éclairé. C’est ça être libre. Malheureusement, ce n’est pas ce qui se produit avec nos organes d’information nationaux et internationaux qui font continuellement dans la propagande et la désinformation. Ainsi, on ne développe pas un esprit critique, mais des têtes «brainwashées» et full-endoctrinées (dont plusieurs ne savent même pas qu’ils le sont) : c’est ce que veut la classe occidentale dominante qui contrôle les médias afin de s’assurer que le bon message passe. Pour ce faire, il faut bien sélectionner les événements et les pays à couvrir, les organismes, les individus et les experts à consulter, les photos à prendre, etc. L’important est de préserver les privilèges et les vaches sacrées du 1% en intoxiquant la cervelle du 99% qui veut les protéger du socialisme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s